Dernières nouvelles
Accueil / Analyses / Batteries: objectif saison 5

Batteries: objectif saison 5

En cette saison 3, on peut affirmer que le championnat du Monde de Formula E a trouvé sa place dans le paysage du sport automobile. Si le succès grand public reste encore à confirmer – en grande partie bridé par le choix de diffusions TV payantes – la progression régulière des audiences sur le Web, via le streaming vidéo des compétitions, pourrait donner des idées à d’autres catégories du sport automobile (au hasard, la F1…)

Les observateurs lucides voient néanmoins un obstacle majeur à la crédibilité de la discipline : ce satané changement de monoplace en milieu d’épreuve, rendu nécessaire par la faible autonomie des batteries intégrées (200kg tout de même, pour 20 mn d’autonomie !)

Une batterie Williams, identique à celles utilisées actuellement.

 

Le règlement impose ainsi qu’à partir de la saison 5, les voitures devront effectuer la totalité de la distance sur une seule charge. On a appris récemment que les batteries communes à tous les concurrents seront développées par Lucid Motors, une startup californienne basée à Palo Alto… Cela ne vous rappelle rien ? Elle a en effet été formée par d’anciens ingénieurs de Tesla et ambitionne de concurrencer la société d’Elon Musk sur le segment des voitures haut de gamme. Ces batteries seront rebadgées par McLaren Applied Technologies, mais le rôle du constructeur britannique restera purement opérationnel.

L’expertise de Lucid concerne en revanche la conception des cellules, ainsi que le développement des logiciels de pilotage des cycles de charge/décharge. L’une des contraintes imposées au fabricant concerne ainsi la recharge complète qui doit pouvoir s’effectuer en moins de 45 mn… Les batteries retenues offriront une capacité de 54 kWh (contre 28 kWh pour les Formule E actuelles) pour un poids de 250 kg maximum (hors conteneur). Outre la chimie spécifique des cellules, Lucid a défini une architecture innovante pour le refroidissement de la batterie : on a vu dans les premières années du Championnat de FE à quel point ce domaine peut s’avérer crucial pour les performances des voitures.

Ravitaillement exclu!

Si les exigences des organisateurs sont ainsi tenues, le déroulement des courses de FE en sera très différent : une épreuve beaucoup plus compréhensible par les spectateurs, avec moins de rebondissements dus aux stratégies décalées que certains pilotes tentaient à l’occasion… Surtout, ce « ravitaillement » (qui n’en était pas un) avait paradoxalement pour effet de mettre l’accent sur le principal obstacle au développement de la mobilité électrique : la faible autonomie des véhicules. Il n’est pas surprenant qu’un acteur aussi avisé que Mercedes attende ainsi la saison 5 pour faire son apparition dans le championnat !

2018-2019 : année 1 de la « vraie » course électrique ?

A propos de Jean

Journaliste, photographe, ingénieur. Passionné de sport auto et de nouvelles technologies.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*